Obtenir un pdf de la pageImprimerEnvoyer à un ami

Le risque de légionellose dans l'industrie


Qu'est-ce que la légionellose ?

La légionellose est une infection respiratoire provoquée par des bactéries appelées " legionella pneumophila " ou " légionelles ". Ces bactéries prolifèrent dans l'eau douce entre 25 et 45 °C. Les infections occasionnées peuvent être de deux formes :

  • Une infection à caractère bénin : la " fièvre de Pontiac ", syndrome pseudo-grippal guérissant sans traitement au bout de 2 à 5 jours et qui passe le plus souvent inaperçu.
  • Une infection pulmonaire grave appelée " maladie du légionnaire " ou " legionellose ". Environ 500 cas de légionellose sont déclarés chaque année en France, dont 15% sont mortels

La légionellose est une maladie à déclaration obligatoire depuis 1987.


Mode de transmission

La transmission se fait par inhalation d'eau contaminée diffusée en fines gouttelettes ou aérosols (taille < µm). Les légionelles vont ainsi pénétrer jusqu'au niveau des alvéoles pulmonaires et provoquer la destruction des macrophages pulmonaires. Il n'y a pas de transmission inter-humaine. La contamination par ingestion d'eau contaminée n'a pas été démontrée.

La présence d'un aérosol associé à une eau infectée à une certaine concentration est donc indispensable à la contamination.


Les installations industrielles à risques

  • Les réseaux collectifs d'eau chaude sanitaire (douches, bains à remous, fontaines décoratives…)
  • Les systèmes de refroidissement par voie humide (tour aéroréfrigérante*)
  • Les climatisations : humidificateurs d'air, laveurs, bacs de condensats…
  • Les systèmes de lavage haute pression (lavage des camions, traitement des boues sur filtre à bande…)

Tour aéroréfrigérante = tour de refroidissement humide dans laquelle l'eau à refroidir est en contact direct avec l'air ambiant. La chaleur est évacuée vers l'extérieur en pulvérisant l'eau en fines gouttelettes dans un flux d'air. Le panache sortant de la tour est constitué de vapeur d'eau et de gouttes entraînées susceptibles de véhiculer des bactéries.


Les facteurs favorisant la contamination


1. La température

Les bactéries se multiplient dans une eau comprise entre 25 et 45 °C. Elles survivent en deçà de 25 °C et se multiplient au-delà. Au-dessus de 50 à 60 °C, leur destruction survient. Lorsqu'il existe des tuyauteries avec eau stagnante (bras mort) et/ou un circuit d'eau chaude en boucle permettant des températures inférieures à 50 °C, le risque de présence de légionelles est important.

2. Le biofilm (entartrage ou corrosion)

Les légionelles se développent et se fixent surtout en présence de dépôts d'entartrage ou de corrosion dans les installations. Elles s'organisent en formant un biofilm avec d'autres micro-organismes, qui favorisent leur prolifération. Le biofilm leur permet de se protéger en résistant aux agents désinfectants, de profiter des nutriments libérés par la détérioration de l'état de surface des canalisations (fer, zinc…) et de se disséminer à de fortes concentrations sur de longues distances.

3. L'hydraulique

Toute diminution de la vitesse de l'eau ou sa stagnation peut favoriser la formation du biofilm et donc la prolifération des légionelles. Une conception et un entretien inadapté des installations hydrauliques peuvent donc accélérer le phénomène de colonisation.


Les textes réglementaires

Concernant les tours de refroidissement

Décret n° 2004-1331 du 1er décembre 2004 modifiant la nomenclature des installations classées :

Les tours aéroréfrigérantes sont désormais des installations classées pour la protection de l'environnemnt (ICPE) sous la rubrique 2921 - installations de refroidissement par dispersion d'eau dans un flux d'air, dans les cas suivants :

1. lorsque l'installation n'est pas du type " circuit primaire fermé " :

  • la puissance thermique évacuée maximale étant supérieure ou égale à 2 000 kW (régime de l'autorisation)
  • la puissance thermique évacuée maximale étant inférieure à 2 000 kW (régime de la déclaration)

2. lorsque l'installation est du type " circuit primaire fermé " (régime de la déclaration)

Font partie de l'installation :

  • la tour(s) de refroidissement et ses parties internes
  • l'échangeur(s)
  • l'ensemble composant :
    • le circuit d'eau en contact avec l'air
    • le circuit d'eau d'appoint
    • le circuit de purge

Arrêtés ministériels du 13 décembre 2004 (JO du 31 décembre 2004) :

Ces arrêtés fixent les prescriptions applicables aux installations soumises à déclaration et à autorisation, selon les principes suivants :

  • Objectif : Assurer une concentration en Legionella specie dans l'eau du circuit en permanence inférieure à 1 000 UFC/litre (unités formant colonie)
  • Moyens : nettoyage, désinfection et surveillance de l'installation à l'initiative de l'exploitant
  • Démarche imposée : l'analyse de risques de prolifération des légionelles

Pour cela, l'exploitant doit :

  • Désigner et former une personne responsable,
  • Conduire une analyse méthodique de risques de développement des légionelles,
  • Mettre en place un plan d'entretien préventif,
  • Nettoyer et désinfecter la tour après chaque arrêt et au moins une fois par an ; si l'arrêt annuel est impossible, l'exploitant doit proposer au préfet des mesures compensatoires,Mettre en place un plan de surveillance destiné à s'assurer de l'efficacité du nettoyage,
  • Assurer un contrôle périodique en Legionella specie. Ces analyses sont réalisées :
    • en fréquence mensuelle pour les installations soumises à autorisation
    • en fréquence bimestrielle pour les installations soumises à déclaration
    • en fréquence trimestrielle pour les installations dont le résultat de l'analyse est inférieur à 1 000 UFC/L pendant 12 mois continus

Les prélèvements, échantillons, ensemencements et résultats doivent être réalisés selon la norme NF T 90-431, par un laboratoire accrédité COFRAC à partir de 2006.

  • Mener des actions correctrices en fonction des résultats d'analyse :
    • Si présence de flore interférente : nettoyage et désinfection
    • Si [c] en Legionella specie > ou = à 103 UFC/l et < à 105 UFC/L : nettoyage et désinfection + nouvelle analyse dans les 15 jours
    • Si [c] en Legionella specie > ou = à 103 UFC/l et < à 105 UFC/L 3 fois de suite : alors en plus, révision de l'analyse des risques
    • Si [c] en Legionella specie > ou = à 105 UFC/l :
      • Information immédiate de l'Inspection des installations classées
      • Arrêt immédiat de l'installation selon une procédure spécifique, réalisée préalablement à l'incident
      • Analyse de risques et mise en place de mesures d'amélioration et d'un rapport d'incident
      • Nouvelles analyses tous les 15 jours, pendant 3 mois
      • Nouvel arrêt si [c] > 104 UFC/l dans les 3 mois suivants
      • Conservation des souches pendant 3 mois
  • Mettre en place un carnet de suivi, (accréditation EN 45 004 - annexe A B ou C) lors de la mise en service et tous les 2 ans, sauf les installation ne faisant pas l'arrêt annuel et les installation dont un résultat d'analyse est > 105 UFC/l (contrôle dans les 12 mois) .

Concernant les établissements recevant du public

Les circulaires DGS n° 97/377 du 24 avril 1997, DGS/VS4 n° 98-771 du 31 décembre 1998 et la DGS n° 2002/273 du 2 mai 2002 recommandent aux responsables des établissements recevant du public de mettre en œuvre les moyens nécessaires de prévention du risque de légionellose : assurer un bon entretien des installations, réaliser une analyse de l'eau au moins une fois par an et renforcer le contrôle en cas de détection de légionelles. Ces circulaires indiquent les mesures d'entretien à mettre en œuvre dans les réseaux d'eau chaude sanitaire, les systèmes de climatisation, les tours aéroréfrigérantes et les bains à remous et les bains à jets.


Les mesures de prévention

Implantation des tours aéroréfrigérantes

  • Prévoir une distance importante entre la tour et la population environnante
  • Aménager les points de rejets de façon à éviter le siphonnage de l'air chargé en goutellettes dans les immeubles avoisinnants ou les cours intérieures
  • Tenir compte des vents dominants

Conception des installations

Tours aéroréfrigérantes :

  • Viser une conception facilitant le contrôle, le nettoyage et la désinfection. Aménager les accès pour faciliter les visites d'entretien. Choisir des pompes et des sections de tuyauterie favorisant une vitesse d'eau suffisante afin d'éviter la formation du biofilm.
  • Sélectionner les matériaux facilitant le nettoyage et prenant en compte la qualité de l'eau (bon état de surface pour éviter la corrosion).
  • Prééquiper le réseau en points d'échantillonnage.
  • Choisir un séparateur de gouttelettes attestant un taux d'entraînement vésiculaire inférieur à 0,01 %.
  • Favoriser une grande dispersion du panache par une hauteur importante de la tour (survie des légionnelles diminuée en cas de longue durée de transport par les airs).

Réseau d'eau chaude :

  • Eviter la stagnation et assurer la bonne circulation de l'eau : prévoir un retour de boucle de l'eau chaude, éviter les bras morts, réduire le maillage (boucles courtes)
  • Lutter contre l'entartrage et la corrosion par une conception et un entretien adapté à la qualité de l'eau et aux caractéristiques de l'installation
  • Maîtriser la température de l'eau tout au long des circuits de distribution et maintenir une température supérieure à 50 °C, même en retour de boucle (tout en tenant compte du risque brûlure) ; installer les mitigeurs le plus près possible du point d'usage.

Entretien des installations

De façon générale, toute installation à risque doit faire l'objet d'une maintenance régulière. Son bon entretien est une condition indispensable pour lutter contre la prolifération de légionelles.

Entretien des tours aéroréfrigérantes :

  • Vidanger, nettoyer et désinfecter l'installation après chaque arrêt prolongé et au moins une fois par an (sauf cas spécifiques).
  • Contrôler le bon état de fonctionnement et de propreté des séparateurs de gouttes.
  • Contrôler le bon fonctionnement des répartiteurs d'eau sur le corps d'échange (toute surface du corps doit être arrosée).
  • Nettoyer la distribution d'eau de la tour.
  • Détartrer la tour.
  • Nettoyer le bassin.
  • Nettoyer la crépine d'aspiration.

Entretien des réseaux d'eau chaude sanitaire :

  • Contrôler annuellement le disconnecteur sur l'alimentation en eau du réseau primaire
  • Régler l'échangeur de manière à délivrer en permanence une eau à 50 °C
  • Lutter contre le tartre et la corrosion ; nettoyer, détartrer et désinfecter le ballon ou le réservoir de stockage d'eau au moins une fois par an
  • Ouvrir la vanne de vidange toutes les semaines
  • Vérifier périodiquement le débit des pompes de recirculation ou si le réseau n'est pas bouclé, ouvrir régulièrement les robinets de puisage d'eau chaude
  • Entretenir la robinetterie ; purger régulièrement les points d'eau

Traitement de l'eau

L'exploitant procède à un traitement de l'eau à effet permanent. Le choix du traitement dépend de la conception de l'installation et de son environnement

  • Traitement préventif : il vise à maintenir la concentration en légionelles dans l'eau à une concentration inférieure à 1000 UFC / litre d'eau.
  • Traitement curatif : traitement à caractère momentané en cas de mise en évidence de concentrations en légionelles dans l'eau excessives ou de l'apparition de cas de légionelloses.

L'efficacité des mesures de nettoyage et de désinfection dépend de nombreux paramètres ; la technique et le choix des produits doivent être adaptés aux cas par cas (état général et conception du réseau, matériaux utilisés et compatibilités avec les désinfectants, température de l'eau…)

Différents traitements existent :

  • la chloration (chlore ou eau de javel)
  • le traitement thermique
  • la bromation
  • la technique cuivre-argent
  • le traitement au dioxyde de chlore
  • le traitement à l'ozone
  • les bactéricides de synthèse
  • la technologie UV
  • les biodispersants
  • la filtration

Ces traitements nécessitent l'intervention d'un spécialiste du traitement de l'eau qui déterminera le mode de nettoyage et de désinfection à utiliser en fonction du diagnostic du réseau et des installations. Les rejets dans le milieu naturel ou le réseau d'assainissement doivent respecter des valeurs limites de rejets.

Contrôle de l'efficacité du traitement

Recherche de légionelles :

L'analyse de la teneur en légionelles est un paramètre à suivre mais ne peut et ne doit être le seul moyen de suivi des installations.

Recherche de germes totaux :

Un taux élevé de germes totaux dans les installations doit être considéré comme un signal d'alerte d'un entretien défectueux et d'un risque de prolifération de légionelles (en revanche, leur faible concentration ne garantit en aucun cas de faibles teneurs en légionelles).

  • Autres paramètres à surveiller :
  • Suivi de la température sur l'ensemble du réseau
  • Suivi de la corrosion et de l'entartrage
  • Consommation en eau et en réactif
  • Contrôle des postes de dosage et de traitement des produits
  • Contrôle des filtres
  • Contrôle analytique sur l'eau d'appoint et l'eau du circuit…

Pour conclure

  • Le bon entretien des installations et du réseau est une condition indispensable pour lutter contre la prolifération de légionelles
  • Il est nécessaire de coupler l'entretien à des traitements préventifs et éventuellement curatifs
  • Attention aux résultats d'analyses de légionelles en dessous du niveau cible qui rassurent ; la concentration peut être variable selon les points de prélèvements. De plus, les légionelles se développent rapidement et peuvent de nouveau dépasser le niveau d'alerte en un mois si le traitement curatif ne les a pas éradiquées.
  • Faire appel à un spécialiste du traitement de l'eau pour adapter le type de traitement.
  • Attention au risque pénal pour l'industriel

Pour plus d'information

  • Guide des bonnes pratiques "Legionella et tours aéroréfrigérantes" (Juin 2001) - Disponible sur www.franche-comte.drire.gouv.fr
  • Guide technique sur le refroidissement d'eau dans les installations industrielles et tertiaires : ce guide présente une typologie de ces équipements et donne des indicateurs afin que les exploitants puissent trouver le procédé le plus conforme à leur projet - Disponible sur www.environnement.gouv.fr
  • Guide d'analyse de risques des légionelles dans les installations de refroidissement - Disponible sur www.environnement.gouv.fr
  • Guide de formation à la gestion du risque de prolifération des légionelles dans les installations de refroidissement par dispersion d'eau dans un flux d'air - Disponible sur www.environnement.gouv.fr
  • Rapport du Conseil Supérieur d'Hygiène Publique de France - " Gestion du risque lié aux légionelles " (Novembre 2001) - Disponible sur www.sante.gouv.fr
  • www.legionellose.com
  • Coordonnées des intervenants et documents présentés lors de la réunion sur le risque légionellose organisée par les CCI et la DRIRE de Franche-Comté le 10 mai 2005 :

Sélectionnez

Légionellose
Dernières mises à jour

ECOPART SAS

ROULANS (25)

Conception, études et construction de centrales de production photovoltaïques toutes puissances. Conseils,...
Voir la fiche


Voir les dernières mises à jour